Adventures of shuggy, souris puisque t’es chauve.

The Adventures of Shuggy est un jeu de plates formes réflexion en vue de coté contant les aventures d’un petit vampire.

Smudged Cat Games nous avait habitué à des productions plus artisanales et le changement est appréciable car l’habillage graphique est tout à fait réussit.

Un jeu certes, dans une 2d cartoonesque, mais avec beaucoup de charme.

Les grincheux reprocheront un style daté, personnellement je trouve qu’il est au poil pour un jeu de ce genre.

L’intérêt n’étant toutefois pas le graphisme mais le creusage de méninges, il y a ici de quoi se sustenter.

A la suite du décès de son grand père, Shuggy le petit vampire hérite d’un manoir hanté, peuplé de créatures dangereuses et hostiles, il découvre que les lieux sont le théâtre d’étranges phénomènes et décide de prendre en main la demeure. Mais l’entreprise n’est pas si simple, il va devoir briser la malédiction des lieux.

Le scénario n’est que prétexte à lui faire traverser nombres de salles truffées de pièges et d’ennemis.

Il doit ramasser tous les diamants verts d’une salle pour obtenir une clé avant de pouvoir passer à la suivante .

Les pièces de ce manoir subissent d’étranges modifications des lois de la physique (on n’est pas chez un vampire pour rien!)

Le concept ? plein de minis concepts!

Comme dans tout jeu de plate forme le héros shuggy peut sauter et marcher mais il utilise aussi les pouvoirs propres aux salles qu’il traverse, renouvelant les concepts à de nombreuses reprises .

Ainsi dans certaines salles la pesanteur peut changer de sens, on peut se téléporter, faire que le décor se renverse ou se mélange, on peut changer sa taille ou se dédoubler etc.. bref à chaque salle un nouveau principe de jeu.

La maniabilité peut sembler délicate au cours de l’apprentissage mais elle se révèle bien calibrée.

Tandis qu’on s’élance dans les niveaux, on se rend compte à quel point c’est important. La moindre erreur ne pardonne pas pour le petit vampire.

Chaque contact ennemi est mortel et il faut tout recommencer depuis le début du niveau.

Mais c’est toutefois un plaisir de retenter car l’ambiance est plaisante et on comprends vite ce qui est demandé. On notera aussi que si la plupart des niveaux sont très courts, d’autres demandent plus de temps et s’étendent sur de grandes cartes.

Le challenge le plus éprouvant est celui basé sur le dédoublement temporel:

En haut à droite se trouve une horloge où trotte un aiguille.

Shuggy dispose de quelques secondes pour effectuer des actions dans un niveau qui requiert l’intervention combinée de plusieurs personnages. En montant sur des boutons qui ouvrent des portes par exemple.

Une fois que l’aiguille à fait le tour du cadrant, un nouveau Shuggy apparaît, reprenant le timing et l’exact parcours du premier.

Puis à chaque nouveau tour, un nouveau double est créé.

Si shuggy touche un des doubles, la partie est perdue, ce qui va l’obliger à ne pas garder la même place et à prévoir en plus de ses actions pour terminer le niveau, la gestion des parcours afin de ne pas croiser un clone, autant vous dire que l’action devient vite infernale quand le niveau est complexe.

S’étendant sur une centaine de niveaux le jeu offre un challenge appréciable en regard de son prix bas.

Il permet de faire des parties relativement courtes puisque la résolution d’un niveau est parfois de l’ordre d’une vingtaine de secondes et que le jeu sauvegarde toute réussite automatiquement.

On peut jouer facilement pour quelques minutes, mais il se révèle très addictif, il n’est pas rare de compter faire une salle et d’enchaîner les niveaux tant qu’on n’est pas refroidit par un passage difficile.

Un mode coopératif offline permet de participer à deux sur des cartes spécialement dédiées. dans une quarantaine de niveaux endiablés.

Voilà donc un jeu sympathique qui regorge de bonnes idées et qui est doté d’une réalisation agréable pour un prix modique, de là à parler de bonne affaire, c’est un pas que je franchis avec une allégresse teintée de surnaturel.

Aventure of shuggy sur XBLA 360 et PC windows

(article paru sur le feu JVCF snif..)

Kapuss.

Stranger things, back to the king’s lair.

stranger-things

Surfer sur la nostalgie du public c’est quelque chose qui se peaufine depuis des années dans les productions de médias tels que les jeux vidéos les films ou les séries, mais ce n’est pourtant pas chose aisée et à prendre à la légère, car si on aime se faire brosser dans le sens du poil on peut aussi détester et descendre en flamme ces produits qui nous titillent droit dans notre affectif.

Il faut bien avouer que ces derniers temps, les recettes tiennent la route et on a droit à de plus en plus de qualité. Avec Stranger Things, nouvelle série de Netflix dont même ton voisin parle en ce moment, on plonge complètement dans les films cultes des années 80. Sortez les Raiders et les sachets de Tang, c’est l’heure du goûter.

Lire la suite

Fez, balade sur un arc-en-ciel

fez-title

Fez, balade sur un arc en ciel

Article paru sur jvcf.net mais quand même écrit par Kapuss (ouf, l’honneur est sauf) ici

Une fois la tempête ayant emporté Phil Fish retombée, quoiqu’il ait renouvelé ses habitudes trollesques,  il reste autour de son jeu une impression confuse, trop hypé pour certains, un chef d’œuvre pour d’autres, entre l’amour du pixel bien carré et la chasse aux bugs une chose est sure, FEZ ne va pas réconcilier les deux camps mais mérite grandement qu’on s’y attarde.

Lire la suite

The big Bang Theory: Freak and Geeks.

bbt title

The Big Bang Theory: Freak and Geeks!

Le sitcom suit le quotidien d’un groupe d’amis composé de Leonard Hofstadter et Sheldon Cooper, deux jeunes physiciens colocataires d’un appartement en face duquel Penny, la jolie blonde superficielle, vient d’aménager.

Le groupe des geeks est également composé par Howard Wolowitz dragueur ridicule et excessif et Rajesh Koothrappali, jeune indien timide, incapable de parler en présence d’une femme.

Lire la suite

Zelda en 3d dans ton pc

zelda 30 tributeUne bande d’allumés du codage vient de nous pondre une version 3d du légendaire Zelda premier du nom.

« Un hommage de fan au plus grand jeu console de tous les temps, the Legend of Zelda sur NES. Ce projet open source utilisant WebGL et rendus voxels pour donner vie à une réplique au pixel près de l’original le tout codé en Javascript. »

Pour trouver cette merveille cliquez donc là dessus

http://zelda30tribute.com/

De quoi faire péter touts les câbles de la planète, enfin les miens, et probablement ceux de Nintendo.

Edit 07/04 comme je le disait plus haut « de quoi faire péter les câbles de Nintendo »

C’est chose faite, le site c’est fait sommer de suspendre son activité, j’espère que vous en avez profité, rideau.

Kapuss.

Kung Fury, Gros beta max.

kung furyKung fury

Si vous avez passé les derniers mois sur un autre planète, vous n’avez peut être pas encore vu ce court métrage.

L’histoire d’un flic, qui va hacker le temps pour combattre Hitler, dans un feu d’artifice d’effets spéciaux des plus abusés, le tout sur fond de musiques FM, du grand art.

Donc voici cette œuvre tout à fait immanquable, volontairement kitsch et abusé, un concentré d’années 80 à ravir les anciens et terrifier les plus jeunes.

Laser Unicorns

kungfury.com

Kapuss.

Changement de bannière pour le site kapusslechat.fr

Et oui ! tout change, j’ai gardé la même bannière depuis le début, en variant des détails au fil du temps, mais voila, avec cette nouvelle illustration j’opère aussi une refonte graphique du blog, à présent que je comprends un peu mieux le CSS 🙂

zomb ban 2016 100 x434

Donc voila la bête, toujours dessinée avec Inscape et Gimp, en hommage à Plants vs Zombies, un excellent jeu !

 

Kapuss.