Eternal darkness, Aziz light!

Howard phillip Lovecraft avait su distiller une forme de peur viscérale, celle de l’indicible, l’horreur qui broie l’esprit qui la contemple. Ceux qui cherchent à comprendre les mystères obscurs de l’univers, ne font que mettre en péril leur santé mentale, car il est des vérités qu’aucun esprit ne peut accepter.

Eternal Darkness s’inspire très largement de son univers, sans jamais le citer directement.

Développé par Silicon Knights et initialement prévu pour la Nintendo 64 , Eternal Darkness: Sanity Requiem sort sur GameCube en 2002.

Le jeu est un survival horror, en vue à la troisième personne, la caméra est placée derrière ou à côté du personnage dirigé par le joueur, suivant les situations à la manière d’un plan cinéma. Le personnage doit traverser des environnements peuplés de créatures hostiles, en résolvant des énigmes, récoltant des objets, détruisant les ennemis et, bien sûr, en conservant sa vie.

 

Suivant l’aventure, le joueur va se retrouver dans la peau de différents protagonistes, dans différents lieux du monde et au fil des siècles.

L’héroïne de l’aventure Alexandra Roivas, se retrouve dans le manoir de son grand père, ce dernier ayant été assassiné d’un façon particulièrement violente. Parcourant les lieux du crime, elle découvre une pièce secrète et un livre étrange relié pleine peau, probablement humaine, le Livre des Ténèbres éternelles.

Le livre parle de la lutte au fil du temps entre différentes personnes et les forces obscures qui semblent tourner autour de créatures divines du chaos, les anciens.

Alexandra va parcourir l’histoire des personnages présents dans les pages du recueil. Ce qui lui permettra également de progresser dans l’enquête concernant la mort de son grand père.

Une des caractéristique principale du jeu est la jauge de santé mentale, que les aficionados du jeu de rôle Chtulhu connaissent bien: à chaque événement perturbant, la santé mentale se dégrade et les personnages commencent à avoir des problèmes : Des hallucinations, l’image qui se déforme, la marche qui se fait hésitante, mais au fur et à mesure, la perspective va changer de point de vue pour vous amener à la constatation inquiétante qu’au bout du compte, c’est bien vous, en tant que joueur qui êtes visés.

Vous allez constater que des petits incidents anodins perturbent le jeu, mauvais cadrage, tremblement, vision floue, et les symptômes vont empirer au fur et à mesure de la baisse de votre santé mentale, enfin celle du personnage : visions perturbantes, hallucinations.Jusqu’à dépasser largement le cadre de l’histoire: mouches se baladant sur l’écran, mauvaise réponse des commandes,etc… et ainsi vous englober dans la malédiction qui semble sortir de ce jeu.

Le personnage somatise aussi, du délabrement de sont esprit, par la dégradation de son apparence qui se rapproche de plus en plus d’un mort vivant.

Les capacités magiques, les indices et objets acquis par les personnages sont parfois récupérés par alexandra après sa lecture d’un chapitre, c’est ainsi qu’elle progresse dans le manoir en faisant des aller-retours entre l’histoire et le présent, chaque nouveauté lui donnant accès à une nouvelle page.

Pendant que l’intrigue progresse, les personnages semblent se noyer dans une histoire qui les dépasse très largement.

Les origines de développement sur Nintendo 64 se font sentir, notamment dans les cinématiques, où le moteur pèche par son manque de polygones, toutefois le rendu daté ne gréve pas trop l’ambiance.

Avec cette aventure, nous vivons une enquête qui nous transporte au quatre coins du monde, dans des époques très différentes, tout en relatant la lutte des hommes contre le mal absolu.

Assez éprouvant de par son coté malsain, jamais la frontière entre un jeu et la folie n’aura été si ténue, le système de santé mentale est extrêmement efficace pour faire passer ce sentiment. Eternal Darkness marque les esprits durablement, en espérant que ces stigmates restent du domaine de l’imaginaire et qu’au détour d’un chargement, votre esprit ne bascule pas pour de bon.

Article paru dans feu JVCF sniff…

Kapuss

 

Google+ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge