kain, survivant de l’enfer.

Legacy of Kain: Blood Omen

 

1996, nous sortons de la vague 8-16 bits, années palpitantes pendant lesquelles les jeux sur consoles sont montés en force.

Pour nous, les joueurs, habitués à recevoir notre lot de RPG via le ras de marée Squaresoft / Enix, qui se tirent la bourre en décochant tours à tours des titres excellents, la vague se retire et déjà et nous sommes en plein age d’or de la Playstation.

Passés les premiers émois et la claque technique, on arrive sur des terres un peu désertiques…quand soudainement, Un action RPG pointe le bout de son nez.

      

Kain, survivant de l’enfer,

Assassiné par des villageois cupides, vous êtes de retour et vous n’êtes pas content.

On se réveille à la vie et on découvre le monde pour la première fois avec des yeux de vampires, Cette phrase pourrait être tirée d’entretien avec un vampire d’Anne Rice, c’est exactement ce que l’on ressent lorsque on se retrouve dans ce monde, bête de la nuit parmi les autres créatures, avec les hommes pour victimes.


Kain, souvent croise le fer.

Fortement inspiré par Castlevania dans l’esthétique, nous avons droit à un Action-RPG en vue de dessus dans une ambiance gothiquement sombre à souhait.

C’est donc le sort qui nous attend, bête parmi les bêtes, on joue le rôle du méchant qui tue chaque humain qu’il croise et se nourris de son sang.

Accepter d’agir ainsi n’est pas un réflexe habituel pour le joueur, il est le héros, le gentil, pourtant le jeu va nous contraindre à aimer agir de la sorte.

  • Par notre vie qui s’amenuise au fil du temps, le pouvoir est dans le sang, et on se sent vite ivre de cette puissance qui découle de nos crimes.
  • Avec l’ambiance ensuite, la musique sombre et envoûtante, les sons, les grincements, les pleurs, hurlements, rafales de vent et craquements des os des squelettes, tous sont extrêmement présents et nous poussent dans le ténèbres emporté par des forces qui nous dépassent et nous enivrent.

 

Vous parcourez Nosgoth, en visitant des niveaux afin de regrouper les objets dont vous avez besoin, vous trouverez tout le matériel nécessaire a votre aventure, armes, armures, magies afin d’apprendre le respect aux êtres qui peuplent ce monde et qui voudraient nous voir plus mort que mort.

Comme dans beaucoup d’action RPG , les jauges de magies et de santé sont augmentées par la découverte de nouveaux flacons spéciaux.

On pourra prendre la forme de trois créatures: une chauve souris, ( qui permet de retourner à différents points du jeu ) un loup garou (pouvant sauter ) et un spectre (pouvant traverser des grilles) combinaison qui se retrouvera répliquée à l’identique dans Symphony Of The Night, mais n’est ce pas là, le kit de base de tout vampire?

 

Blood omen décrit un monde maudit et froid, les couleurs sont en accord avec ce principe et rien, à part le sang des victimes, ne viendra réchauffer votre âme.

Respectant la tradition de votre espèce, vous remontez votre énergie en consommant le sang des victimes humaines. Quand elles sont misent KO par vos coups, elles chancellent un moment avant de tomber raides au sol, à condition de bien doser vos attaques, vous les verrez tituber. Mais le temps de cette agonie verticale, vous pouvez aspirer le sang de ces victimes à distance dans un effet délicieusement gore, ce qui remonte la jauge de vie, constamment en baisse.

Alors qu’ il ne nous reste plus beaucoup de vie, les pulsations cardiaques de Kain se font entendre et augmentent d’intensité à mesure que la fin arrive, de quoi se motiver pour étriper tout ce qui bouge.

 

Un de points sombre du jeu concerne la technique:

Les temps de chargement sont un peu longuets
Les menus sont lents au chargement et pour changer d’objet en plein combat, ça a tendance à casser l’action. C’est long pour faire apparaître le menu, et encore aussi long pour revenir au jeu.

Les cinématiques accusent leur grand age, bien que soignées, les personnages sont raides et les détails manquent cruellement pour nos yeux de joueurs contemporains.

Blood Omen est un jeu sur la destinée d’un être rejeté par tous, et qui va lutter comme seul rempart contre les forces obscures.

Ce n’est pas ici le rôle du sauveur que nous allons jouer, plutôt celui d’un prédateur, assoiffé de vengeance.

La condition du vampire nécessite une activité intense et barbare, vous allez y prendre goût.

Blood Omen: Legacy of Kain (1996) Playstation PC 1996

 

Kapuss

Google+ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge